livre-brule

Au catalogue des cauchemars : le feu

Le 31 janvier dernier, la plus importante bibliothèque universitaire de Moscou était la proie des flammes, après l’effondrement de son toit…
Les dégâts ne peuvent encore être mesurés toutefois, au vue de la force de l’incendie, on ne peut que se lamenter. Cette bibliothèque abritait des pièces uniques…

Outre la mémoire scientifique des contenus qui disparaît — les intellectuels moscovites parlent de « Tchernobyl culturel » — cette catastrophe augmente la longue liste des « maillons manquants » à l’histoire du Patrimoine écrit…

Voyez cette vidéo du désastre :

La destruction par le feu (accidentelle ou volontaire) des bibliothèques et des centres d’archives est récurrente dans l’Histoire. On pense à la fameuse Bibliothèque d’Alexandrie détruite vers l’an -47 de notre ère, ou à la Bibliothèque Universitaire de Copenhague, détruite par le feu au XVIIIe siècle, ou encore la Bibliothèque Impériale du Louvre, pendant la commune de Paris…

Hélas, le XXe siècle n’est pas en reste… en fouillant un peu sur internet, j’ai trouvé ce document « Mémoire du monde : Mémoire perdue – Bibliothèques et archives détruites au XXe siècle, 
préparé pour l’UNESCO par Hans van der Hoeven » qui recense une liste des bibliothèques, des documents endommagés ou détruits.
« Ce n’est évidemment pas sans tristesse que l’on découvre combien de millions d’ouvrages, parmi lesquels de nombreux manuscrits précieux et autres documents irremplaçables, ont été perdus au cours du seul XXe siècle. »

Quelques destructions par le feu (catastrophes naturelles, accidents et bombardements) tirées de ce document :

  • 1904 Italie, Biblioteca Nazionale Universitaria di Torino
    En janvier, un incendie qui s’était déclaré dans la bibliothèque a occasionné de très graves dégâts au département des manuscrits. Quelques-unes des pièces les plus célèbres, dont des palimpsestes cicéroniens, le Codex Theodosianus et le livre d’heures du duc de Berry, ont été irréparablement endommagés.
  • 1914 Belgique, Bibliothèque de l’Université catholique de Louvain
    A la suite de l’invasion de la Belgique par l’Allemagne au début de la première guerre mondiale, des soldats allemands ont mis le feu à la bibliothèque le 25 août. En l’espace de quelques heures, plus de 300.000 volumes, un millier d’incunables, des centaines de manuscrits et les archives récentes de l’Université ont été réduits en cendres.
  • 1923 Japon
    En septembre, un tremblement de terre et les incendies qui en sont résultés ont gravement endommagé les bibliothèques et archives. La Bibliothèque de l’Université impériale, à Tokyo, a été détruite et son contenu, soit environ 700.000 volumes, a en grande partie disparu…
  • 1932 Espagne, Bibliothèque de l’Université de Valence
    Un terrible incendie a gravement endommagé la bibliothèque pendant la guerre civile espagnole.
  • 1933 Allemagne
    autodafés de livres du 10 mai 1933.
  • 1937-1945 Chine, pertes subies pendant la guerre sino-japonaise
    Un grand nombre de bibliothèques publiques et privées ont été détruites
  • 1940 Caen : Les bibliothèques, tant universitaire que municipale, ont été détruites par les bombes.
    Chartres : Une bombe au phosphore américaine a touché la bibliothèque et détruit environ 23.000 volumes, dont des manuscrits et des incunables.
    Dieppe : En août 1944, les troupes allemandes en retraite ont fait sauter la bibliothèque municipale.
    Paris : La Bibliothèque de l’Assemblée nationale a perdu 40.000 volumes au cours de la libération de Paris, en 1944, lorsque des soldats allemands ont mis le feu au palais Bourbon. Ont ainsi disparu d’anciennes collections d’ouvrages consacrés à la théologie, aux sciences et aux arts.
    Strasbourg : La Bibliothèque nationale et universitaire a été en partie détruite lors d’une attaque aérienne, en septembre 1944.
    (les destructions de bibliothèques durant la seconde guerre mondiale ont eu lieu dans toute l’Europe)
  • 1951 Etats-Unis, Bibliothèque de l’Etat du Michigan
    En février, un homme a accidentellement mis le feu au Centre administratif de l’Etat. La bibliothèque, qui occupait le sous-sol et le rez-de-chaussée, a été gravement endommagée par l’eau utilisée pour éteindre l’incendie. Il a fallu ensuite mettre au rebut 22.400 livres et 7.200 opuscules, et en traiter des milliers d’autres.
  • 1966 Etats-Unis, Bibliothèque du Séminaire théologique juif, New York
    En avril, un incendie a détruit de nombreux ouvrages qui avaient échappé à la seconde guerre mondiale en Europe. Environ 70.000 livres, dont nombre de pièces rares, ont été réduits en cendres et 150.000 autres ont été endommagés par l’eau utilisée pour éteindre les flammes.
  • 1968 Groenland, Bibliothèque centrale, Godthab
    La bibliothèque a été totalement détruite par un incendie, perdant la plus grande partie de son fonds de 30.000 volumes, dont l’irremplaçable collection Groenlandica.
  • 1968 Etats-Unis, Holyoke Community College, Massachusetts
    Un incendie a détruit tout l’établissement, occasionnant la perte de 16.000 volumes, ainsi que des catalogues de la bibliothèque.
  • 1969 Etats-Unis, Bibliothèque de l’Université de l’Indiana
    Un incendie a détruit 40.000 volumes et en a endommagé 27.000 autres, le domaine de la littérature allemande étant le plus touché.
  • 1976-1979 Cambodge
    Après leur arrivée au pouvoir, les Khmers rouges ont entrepris la destruction systématique de tous les vestiges de la culture « corrompue ». A la Bibliothèque nationale de Phnom Penh, ils ont jeté dans la rue et brûlé la plupart des livres et toutes les archives bibliographiques ; moins de 20 % des collections ont survécu.
  • 1986 Etats-Unis, Bibliothèque centrale de Los Angeles
    En avril, un incendie criminel a détruit la troisième bibliothèque publique du pays. Au cours de cet incendie, le pire de l’histoire des bibliothèques américaines, près de 400.000 volumes, sur un total de 2,1 millions, ont été réduits en cendres.
  • 1987 Pays-Bas, Bibliothèque de l’Université d’Amsterdam
    En novembre, une partie de la collection, qui avait été entreposée dans d’autres locaux, a été détruite par un incendie.
  • 1988 Union soviétique, Bibliothèque de l’Académie des sciences, Leningrad
    En février, un incendie a provoqué ce que l’on a pu appeler « la catastrophe du siècle » dans le monde des bibliothèques ; environ 3,6 millions de livres ont été gravement endommagés et 400.000 journaux et périodiques scientifiques détruits.
  • 1989 Roumanie, Bibliothèque de l’Université de Bucarest
    Au cours des combats qui ont mis fin au régime de Ceaucescu, 500.000 livres ont été détruits, dont beaucoup de pièces rares et précieuses.
  • 1990 Koweït
    A la suite de l’invasion par les troupes irakiennes, les bibliothèques et les centres informatiques ont été détruits et brûlés ou (comme ce fut le cas pour le Centre national d’information scientifique et technique) transférés à Bagdad.
  • 1992 Croatie
    Les violences de la guerre dans l’ex-Yougoslavie ont occasionné des dégâts dans les bâtiments et/ou collections de nombreuses bibliothèques croates.
  • 1993 Bosnie, Bibliothèque nationale de Sarajevo
    Le fonds a été détruit à 90 % du fait de la guerre civile, et des documents uniques pour l’étude de la culture bosniaque ont disparu.
  • 1994 Grande-Bretagne, Bibliothèque centrale de Norwich
    Le 1er août, un incendie a détruit plus de 350.000 livres ainsi que des documents historiques irremplaçables concernant la région de Norwich.

Une liste effroyable, n’est-ce pas ?
On ajoutera rien que pour cette année 2015 l’autodafé à Mossoul, et cette bibliothèque Moscovite

——-

Un livre sur ce sujet : Histoire universelle de la destruction des livres : Des tablettes sumériennes à la guerre d’Irak

Partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Commentaires

Un renseignement ?

Je ne suis pas en ligne, laissez-moi votre message, je vous réponds dès mon retour. Céline Essentiam.

Je peux vous renseigner ?

Tapez ici