varan-bibliotheque

Comment organiser sa bibliothèque ?

Cet article se limitera à l’organisation « physique » des livres dans le meuble bibliothèque, il ne s’agit pas ici de vous donner les règles d’un catalogue (à l’étude), mais avant tout de rappeler quelques règles simples pour optimiser la conservation de vos livres.
Nous verrons qu’il est possible de protéger vos ouvrages des insectes et de la poussière (qui favorise leur développement) simplement en organisant vos étagères.

1) le meuble : sa matière, ses dimensions, ses étagères…

Le meuble idéal pour accueillir votre collection est en bois de cèdre, d’ébène, de cyprès ou au moins de chêne très sec car ces bois compacts ou fortement aromatisés font barrage aux insectes qui ne parviennent pas à les percer.
Mais aujourd’hui, il est plus courant (facile et moins coûteux) de monter soi-même des meubles à tablettes en aggloméré… (dans ce cas, reportez-vous à notre article sur les bibliophages pour éloigner de vos livres les insectes.)

D’une hauteur maximale de 2,50 m (env. 2 m. + rangements supérieurs, caissons sur-élevés, etc.), le meuble doit toujours favoriser la consultation d’un ouvrage.
Il ne faut pas se trouver dans la situation d’abandonner une recherche de peur de grimper sur un escabeau ou une échelle ou de déplacer une première rangée d’ouvrages pour atteindre « le livre du fond » qui justement est l’objet de votre recherche.
Pire encore ! il ne faut pas abîmer la coiffe d’un livre ou provoquer la chute d’un livre suite à une acrobatie douteuse pour atteindre le livre souhaité ! (situation très fréquente malgré l’évidence du risque)

Autres caractéristiques du meuble idéal :

  • une plinthe (de 8 à 10 cm) au dessus du sol pour empêcher qu’on ne touche du pied les volumes les plus bas et pour permettre une aération optimale. Ranger les livres à même le sol n’est pas du tout recommandé.
  • des portes à grillages (à préférer aux portes vitrées). Elles favorisent la circulation de l’air, elles protègent des mains indélicates, elles facilitent la lecture des titres. Les portes vitrées ont cependant le gros avantage de limiter le dépôt de la poussière, mais il faudra les ouvrir à chaque aération de la pièce et les fermer le soir pour ne pas emprisonner les papillons ou insectes volants à l’intérieur.
  • un tablier dans le cas d’absence de portes. Autrefois conçu avec beaucoup de goût, le tablier en bois était un élément ornemental très utile. Il s’agit d’une pièce clouée sur le devant des rayons et « tombant » sur la rangée des livres du dessous pour préserver les volumes de la poussière. Dans le cas de meubles contemporains en aggloméré, rien n’empêche de couvrir discrètement ou de façon élégante les tablettes avec un papier qui remplira la fonction de tablier en limitant le dépôt de poussière sur le rayon inférieur ! (fortement recommandé)
  • La profondeur du meuble : elle est discutable. Les fabriquants industriels de meubles-bibliothèques ne proposent que des profondeurs pour livres de château ! Les meubles sont toujours bien trop profonds, et bien qu’il faille laisser l’air circuler, l’espace qui manque très souvent aux amateurs de livres est une denrée rare qui doit être optimisée.

Nous avons opté pour le rangement de nos livres de petit format en double rangée. La rangée du fond est sur-élevée et repose sur un bloc de bois (un tasseau) pour permettre la lecture des titres. Mais il faut donc manipuler avec précaution la première rangée pour atteindre les livres du fond.

2) la disposition des livres par format, où et comment placer les grands et les petits.

Toujours dans le soucis de protéger vos livres et dans le cas d’une bibliothèque privée, la grande recommandation est le classement par format. (Certains collectionneurs n’achètent que des ouvrages d’un même format, le format in-4 étant souvent demandé).
Si votre collection est très étendue, il faudra impérativement tenir un catalogue qui indiquera la place de vos livres dans la bibliothèque.

Commencez par trier vos ouvrages selon leur taille et placer :

  • sur les étagères du haut de votre bibliothèque les plus petits formats. (Si vos étagères sont profondes, faites deux rangées en surélevant les livres du fond.)
  • continuez graduellement de cette manière, les étagères du bas accueilleront donc les plus grands volumes.

Ce système logique évite la pénibilité de saisir, de soulever ou de soutenir un ouvrage lourd en hauteur à bout de bras, ou de se plier en deux pour lire les titres des ouvrages sur les étages inférieurs.

Attention !
Les grands volumes (in-folio) ne doivent pas être rangés debout mais empilés à l’horizontal. Le corps d’ouvrage très lourd pourrait s’affaisser. Idem pour les atlas ou porte-folio in plano.

Le classement par format vous permet de régler la distance entre chaque tablette.
Voici les distances d’usage rapportées par Constantin :

« pour les in-f° : 433 à 487 millimètres
pour les in-4° : 271 à 298 millimètres
pour les in-8° : 217 millimètres
pour les in-12° : 189 millimètres
et il restera toujours assez de place en tête des volumes pour les retirer sans les frotter. »

Sans tenir compte du millimètre en trop ou en moins, cette base donne une bonne idée de la distance idéale entre chaque étagère.
Non seulement votre bibliothèque sera plaisante à regarder, mais surtout la bonne gestion de l’espace entre les étagères limitera le dépôt important de poussière : un petit volume placé près d’un grand sera couvert de poussière très rapidement. L’ajout du tablier (cité plus haut) diminuera encore considérablement le besoin de dépoussiérer.

Enfin, dernière remarque, ne serrez pas vos livres afin que l’air puisse circuler et que le frottement en les tirant ne dégrade la reliure des plats.

Partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Commentaires

Un renseignement ?

Je ne suis pas en ligne, laissez-moi votre message, je vous réponds dès mon retour. Céline Essentiam.

Je peux vous renseigner ?

Tapez ici