cuir-epiderme

Comment reconnaître le cuir des reliures d’époque ?

La véritable question devrait se poser ainsi : de quel animal provient notre reliure cuir ?

Les animaux et les reliures

Les couvrures (peaux qui couvrent le corps d’ouvrage, cuir ou parchemin) les plus courantes sont de veau, de mouton ou de chèvre. On peut également trouver des reliures en peau de truie. Les reliures plus anciennes sont faites en peau de cervidés. Bien que toujours employé, le parchemin est courant dans les reliures souples du XVIe siècle.

En ce qui concerne les cuirs, on parlera de :
veau ou velin (vélin signifie veau mort-né)
basane pour le mouton ou l’agneau
maroquin pour la chèvre ou le chevreau

A noter :
– On n’indique pas souvent l’origine animale pour le parchemin (vélin, agneau, chevreau)
– On parle souvent de vélin pour désigner un grand papier pour faire référence à la finesse de la peau d’un veau mort-né.
– On emploie la basane pour des reliures courantes, le veau et le maroquin pour des reliures prestigieuses.

Le seul moyen de savoir de quel animal provient le cuir (ou le parchemin) consiste à reconnaître son follicule pileux car il reste visible à la surface de la peau. Le follicule étant l’organe qui secrète le poil.

Reconnaissance du follicule pileux

Prenez votre livre et portez-le à hauteur de vos yeux, en lumière rasante pour distinguer les marques laissées par les poils.
– S’il n’ y a pas de marque, si la surface est lisse et sans grain, il s’agit de veau.
– Si vous distinguez de nombreux petits creux éparpillés, il s’agit de basane (mouton).
– Si vous distinguez des petits creux alignés, formant des petits chemins dans le cuir, il s’agit de maroquin (chèvre).
– Quant à la peau de truie comparable à la peau humaine, vous pourrez distinguer sans peine 3 petits points noirs à l’origine des soies, car le poil du cochon pousse en poireau.

Les photos ci-dessous montrent en négatif le dessin du follicule pileux de l’animal sur un échantillon de cuir,
(les mêmes traces sont laissées sur le parchemin).

ci-dessous : LE VEAU (pas de marque)

veau

ci-dessous : LA BASANE (petits creux éparpillés)

basane

ci-dessous : LE MAROQUIN (petits creux alignés)

maroquin

ci-dessous : PEAU DE TRUIE (3 petits trous)

truie

Maroquin et chagrins

A partir de 1870, on trouve des reliures en peau de chèvre (maroquin) dont le cuir a été travaillé afin de faire ressortir le grain. C’est l’opération de chagrinage : soit manuellement en frottant la peau à l’aide d’une paumelle de liège et en la roulant dans tous les sens, soit par gaufrage en appliquant sur la peau une plaque ou un cylindre gravé.
On parle alors de chagrin, de maroquin lustré, à long grain ou encore madras (de gauche à droite sur la photo).
Les échantillons ci-dessous vous permettront de reconnaître ces différents types de cuir :
chagrins

Ces moyens de reconnaissance sont sûrs mais quelques fois difficiles à observer sur des livres dont le cuir est épidermé (l’épiderme étant abimé, il n’est plus possible de voir nettement le follicule pileux de l’animal). Le décor sur le cuir peut également être trompeur, racinage, marbrure et jaspure des peaux peuvent cacher les petits défauts d’une pleine peau de veau qui ressemblera alors à une basane…

Partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Commentaires

Un renseignement ?

Je ne suis pas en ligne, laissez-moi votre message, je vous réponds dès mon retour. Céline Essentiam.

Je peux vous renseigner ?

Tapez ici