insecte-bibliophage

Les bibliophages

On pense tout de suite aux insectes (et on a raison)… mais commençons par les autres nuisibles qui rôdent dans les greniers, les caves ou les celliers dans les maisons de ville ou de campagne, où peuvent être entreposés livres ou vieux papiers.

Les rongeurs tout d’abord (rats, souris, loirs…) contribuent à la lente mais inéluctable disparition des ouvrages anciens. A la voracité de ces petits nuisibles nocturnes, s’ajoute la rapidité de leur prolifération (35 jours après sa naissance, une souris domestique peut mettre bas tous les 50 jours une portée de six petits en moyenne). Ces petites créatures grignotent nos livres pour se confectionner un nid douillet quelques mètres plus loin !

De manière indirecte, elles peuvent attirer d’autres animaux, les oiseaux par exemple qui viennent nicher au sommet d’une vieille armoire, ou s’installer sur une poutre…
Les dégâts sont simples à deviner : grignotage et déchiquetage des contenants et contenus… tout y passe, emballage carton, journaux, cuirs, et papiers ainsi que les nombreuses souillures et cela dans un périmètre de 9 mètres carrés environ correspondant au territoire d’une souris.

Prévention : inspecter régulièrement vos lieux de stockage. A la moindre découverte de déjection sur le sol, ne tardez pas à agir. Informez-vous chez un droguiste des moyens efficaces et « propres » pour débarrasser votre pièce de ces nuisibles. Sinon… déménagez d’urgence l’ensemble de vos livres !

Mais les principaux agents destructeurs (et les plus courants) sont les insectes.
Insectes dans tous leurs états : larves ou imago (c’est à dire adulte). Nous ne citerons que quelques insectes fréquemment rencontrés :

bibliophages
Le plus connu est le poisson d’argent (Lépisma saccharina), le plus connu car le plus répandu. Il vous est peut-être arrivé de trouver au fond d’un cahier décousu un cadavre de cet insecte. Il est reconnaissable à sa couleur argentée, sa taille adulte peut atteindre 12 mm de long. Cet insecte, tout comme les blattes, les vrillettes, les psoques, les mites ont un point commun : tous ont comme nourriture favorite la colle et la fibre végétale, c’est à dire ce qui compose le papier ancien.

Les dégâts sont simples à identifer : il s’agit de cuir dévoré, de galeries dans les marges, voire des trous transperçant complètement un ouvrage (remarquez que le texte n’est pas souvent atteint, l’encre n’étant pas au menu des ces bêtes).

lepisme
Prévention : la consultation fréquente de vos livres, le dépoussiérage des fonds de cahiers, page après page, à l’aide d’un pinceau (une brosse ronde et souple) qui chassera cadavres, insectes, oeufs, ou larves. Effectuez cette opération dans un lieu aéré (près d’une fenêtre ouverte, sur un balcon, etc.). Chassez la poussière qui favorise le développement des insectes mais n’utilisez pas de chiffon en laine.

Les spécialistes conseillent une exposition à la chaleur pour débarrasser les nymphes des poissons d’argent : à 37°C, les nymphes sont détruites. En revanche, d’autres insectes affectionnent ces températures pour proliférer, aussi, à moins de confier un tel projet à un spécialiste, nous déconseillons ce genre d’initiative. (la chaleur n’étant pas non plus appréciée par les ouvrages).
Sachez que ces insectes n’aiment pas la lumière…et encore moins les courants d’air ! donc l’inspection régulière de vos livres et l’aération de votre pièce est un bon moyen de les déranger.
En toute honnêteté, le balayage des fonds de cahiers est le seul moyen sûr pour débarrasser votre livre d’éventuels insectes. Une fois cette opération réalisée, (et pour ne pas avoir à la répéter constamment), nous vous conseillons de mettre en place une « barrière », un répulsif à insecte en utilisant une cire insectifuge sur les reliures cuir.

Image-1Un autre moyen préventif moins connu mais efficace : l’utilisation d’huile essentielle de bouleau. Quelques gouttes sur vos étagères suffisent pour repousser les insectes.

Ce tableau ne doit pas être une source d’inquiétude, mais un simple rappel des bonnes raisons à la consultation régulière de vos ouvrages. Ce qui, nous n’en doutons pas sera toujours une source de plaisirs, une manière de retrouver un ami un peu oublié…

Partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Commentaires

  • Pierre DE WITTE
    Répondre

    Bravo ! Votre site, vidéos ou vos articles sont toujours forts intéressants, et je dirai même indispensables à tout collectionneur ou simplement amateur de livres ou de vieux papiers.
    Merci.
    Pierre 28
    http://www.dico-collection.com

    • Céline Essentiam

      Merci à vous ! je suis heureuse de vous retrouver sur cette nouvelle interface ! je pense souvent à votre magnifique collection de dictionnaires, et j’espère qu’elle vous donne toujours autant de joie et de plaisirs :)

Un renseignement ?

Je ne suis pas en ligne, laissez-moi votre message, je vous réponds dès mon retour. Céline Essentiam.

Je peux vous renseigner ?

Tapez ici