dico

[livre de travail] : le Dictionnaire Encyclopédique du Livre

Quelle joie de retrouver mes affaires, papiers, brouillons, dossiers… et mes livres de travail ! Si les livres vous passionnent, les livres sur les livres devraient tout naturellement vous intéresser 😉 aussi voici quelques commentaires personnels sur quelques-uns des miens.

Dictionnaire encyclopédique du livre
Sous la direction de Pascal Fouché,
Daniel Péchoin et Philippe Schuwer
Paris, Éd. du Cercle de la librairie – 2002, 2005 et 2011

S’il n’en fallait qu’un… je choisirais celui-là !

3volumes1Il aura fallu 15 ans de travail et près de 10 ans pour sortir de presse cette encyclopédie du livre, composée de 3 volumes et d’un index… Une énorme collecte d’informations partagée par plusieurs centaines d’auteurs (725 spécialistes). Trois volumes qui ne seront désormais plus dans ma bibliothèque mais sur mon bureau, à côté de mon poste de travail : parce qu’ils sont lourds, qu’il y a des entrées dans chacun des volumes, et qu’il devenait vraiment pénible d’aller les déloger de leur rayonnage pour consulter une définition ou pour enrichir une information.

Le « malheur » avec ce livre c’est qu’on l’adopte dès la première ouverture. Il n’est pas possible de l’ouvrir sans s’y arrêter, même lorsque l’on cherche un terme précis, on s’arrête sur un autre, à cause d’une illustration, d’un portrait, d’un graphique… (excellente iconographie). Il arrive très souvent d’oublier le mot qu’on était venu chercher. Combien de fois j’ai pesté après lui, l’accusant de me distraire et de me faire perdre le fil de mes recherches…

dictionnaire-interieur1

L’autre « malheur » ce sont ses innombrables renvois d’un volume à l’autre, alors il faut être astucieux pour marquer les pages ou noter sur une feuille les renseignements et les compiler. Ce que l’on faisait… avant l’usage du « clic » sur le lien hypertexte.

Une légère déception sur les descriptions « techniques », les savoir-faire, qui sont trop courtes à mon goût.

Tout sur le livre, des origines à nos jours expliqué ou raconté sur plus de 3000 grandes pages, voilà comment on pourrait décrire cette encyclopédie. On pourrait dire aussi : l’histoire des hommes et des machines au service du livre. Combien de portraits d’imprimeurs, d’éditeurs, de collectionneurs, de libraires, de graveurs, de relieurs, de papetiers, d’inventeurs à découvrir ! Une immense chaîne humaine pour cet objet si familier et parfois… si énigmatique.

Mais il serait assez injuste de limiter l’intérêt de ce dictionnaire à sa volumineuse somme de connaissances de l’histoire du livre, parce qu’il est également très distrayant, comme tous les beaux dictionnaires à thème. La mise en page est claire, les caractères pas trop petits, alors ouvrir un des volumes et lire, juste pour le plaisir, cela m’arrive fréquemment. Ce dictionnaire est une réussite, une merveille.

Attention, il faut prévoir un budget important (600 euros neuf), ou se l’offrir d’occasion 😉

3volumesetindex1

Partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Commentaires

  • Celine Essentiam
    Répondre

    à propos de dictionnaires… Pour admirer une très belle collection de dictionnaires anciens, découvrez (ou retrouvez) le site internet de Pierre de Witte Dico-collection. Il a été refondu et est à nouveau en ligne : http://www.dico-collection.com/

  • Léo Mabmacien
    Répondre

    Bonjour Céline,

    Je ne sais pas comment je me débrouille mais je loupe souvent vos derniers articles (tjs fort intéressants)… J’aime bien les fils RSS… peut-être pourriez-vous en créer un pour votre site… Cela se fait simplement

    Merci encore
    Bien cordialement
    Léo

    • Celine Essentiam

      bonjour Léo ! votre message me fait vraiment plaisir, et vous avez raison concernant le flux RSS… D’autant plus que je ne suis pas régulière dans mes publications !
      L’ancien site l’affichait, et maintenant… vous me posez une colle ! je vais voir cela de près je n’ai plus aucun souvenir de la procédure 😀
      @+ sur les fils !!!

  • Jean-Paul Fontaine
    Répondre

    Belle réussite éditoriale, mais dictionnaire plus « raisonné » qu’ « encyclopédique », avec absence remarquée des bibliophiles : même le duc d’Aumale n’a pas d’entrée…

    • Celine Essentiam

      oui, c’est vrai…
      ainsi on voit les nombreux intérêts que suscitent les livres : la bibliophilie « pure » pour les uns, l’imprimerie pour les autres, la fabrication (en ce qui me concerne).
      Mais ce dictionnaire ne doit pas nous retenir dans son enclos, il nous donne des éléments pour en sortir et chercher plus précisément de quoi satisfaire une curiosité gourmande.

      Jean-Paul, vous ne dites pas que vous faites partie des auteurs de ce livre-monument, peut-on vous demander quel a été votre « sujet » ?
      Est-ce pour cette raison que vous avez ouvert un site internet consacré aux bibliophiles ?
      http://histoire-bibliophilie.blogspot.fr/
      >>>> Comment les choisissez-vous ?
      Allez-vous publier une histoire de bibliophilie ou une galerie de portraits ?

      … voilà ce qui arrive quand on fait un commentaire ^^

  • Jean-Paul Fontaine
    Répondre

    Très occupé depuis un an par l’écriture de 160 portraits de bibliophiles, du XVIe au XIXe siècle, pour servir à une Histoire de la bibliophilie (que personne, à ma connaissance, n’a osé entreprendre), je n’avais pas oublié que je devais vous répondre. Cet ouvrage doit paraître dans la première quinzaine de novembre prochain.

    Je suis effectivement l’un des auteurs du « Dictionnaire encyclopédique du livre » : tome I, p. 269-271 et 478-479 ; tome II, p. 80-81 et 619-620 ; tome III, p. 201-202, 597, 935-937 et 939-940.

    J’ai ouvert un blog pour pouvoir continuer à publier, depuis que j’ai cessé d’écrire pour « Le Magazine du bibliophile ».
    Je choisis les bibliophiles sur des critères éliminant l’essentiel des inconnues de leur biographie et de leur pratique bibliophilique, à partir d’environ 600 dossiers de bibliophiles, que j’ai constitués depuis une trentaine d’années et que je complète tous les jours.

    Encore « bravo » pour votre travail !

Un renseignement ?

Je ne suis pas en ligne, laissez-moi votre message, je vous réponds dès mon retour. Céline Essentiam.

Je peux vous renseigner ?

Tapez ici