filmoplast1

Rubans adhésifs pour petites réparations (déchirures de papier)

Avant toute chose : Chaque fois que nous intervenons sur un livre ancien, il faut se poser la question suivante : pourra-t-on défaire ce que je fais sans difficulté et sans abîmer le livre ? C’est le principe de réversibilité. Car il n’y a ni formules, ni techniques, ni produits magiques ; le monde de la conservation et de la restauration se remet constamment en question, allant de découvertes en découvertes. Le ruban adhésif n’échappe pas à la règle (loin de là) !

Peut-on utiliser du ruban adhésif pour réparer les petites déchirures des pages d’un livre ?

Le ruban adhésif est très mal vu chez les conservateurs et restaurateurs professionnels, car jusqu’à présent aucun fabricant ne proposait un produit respectant le B-A-BA des règles du métier. Il était à proscrire de toutes les trousses de secours ! On a tous en tête l’escargot de « scotch » si pratique (ou non) qui nous accompagnait pour réparer une boite en carton, pour monter notre herbier, pour fermer une enveloppe… Mais pour les pages déchirées de nos livres anciens : NON, nous n’en avons jamais utilisé, n’est-ce-pas ? 😳

En effet, la très grande majorité des rubans adhésifs abîment le papier :

  • ce sont des matières acides (ruban et colle) ; très rapidement le ruban jaunit et son contact avec le papier (y compris la page en regard) laisse une trace indélébile. C’est flagrant sur les couvertures intérieures des livres brochés du début du XXe siècle qui ont été couvertes par leur précédent propriétaire : le ruban adhésif appliqué sur le papier cristal ou le papier de protection, même s’il ne colle pas directement sur la couverture intérieure, laisse son empreinte à travers, et même sur la page de titre. L’acidité accélère le vieillissement du papier et le fait jaunir (voire brunir).
  • l’adhésion est irréversible ; appliquer un ruban adhésif sur un papier ancien, voire sur une reliure, est un acte qui entraînera systématiquement des dégradations sur le support quand on essaiera de l’enlever. Il faudra alors une intervention minutieuse pour réparer les dégâts. J’ai vu de monstrueuses réparations faites à l’adhésif-toile sur des reliures en cuir ou en percaline, un vrai massacre qui partait peut-être d’un bon sentiment !

Alors ? quel ruban adhésif utiliser ?

Ruban adhésif et conservation : ça n’ a pas toujours très bien collé ! Heureusement, certains fabricants ont intégré ces deux conditions (neutralité + réversibilité) pour produire de l’adhésif acceptable par les métiers du livres : aujourd’hui on peut monter sur onglet une estampe, l’encadrer ou réparer des fonds de cahiers et déchirures avec du ruban adhésif adéquat.
Pour des réparations sur papiers « modernes », du milieu du XIXe à nos jours, je suggère le ruban Filmoplast P :
Il est translucide, extrêmement fin et résistant, et permet donc de panser une déchirure avec discrétion. Il est réalisé en fibres de papier et son PH est neutre. (pour faire court, c’est une fabrication industrielle qui imite la solution « manuelle » de l’application d’un pansement de papier japon avec une colle de peau ou la methylcellulose). On peut également l’utiliser pour renforcer les fonds de cahiers. Son application est facile, je conseille d’appliquer un minimum de ruban, juste ce qu’il faut pour maintenir les deux parties déchirées (pas la peine d’utiliser toute la largeur de la bande, faire dépasser l’adhésif d’environ 2 mm de chaque côté de la déchirure).
Une déchirure sur une jaquette, un coin de page déchirée, le dos d’un broché décollé, un fond de cahier en ruine… le renfort avec ce type d’adhésif est tout à fait acceptable.

(pour vous le procurer, sans vous déplacer, cliquez sur la photo ci-dessous)

filmoplast

Si vous possédez un ouvrage abîmé : allez voir le relieur et/ou le restaurateur de votre ville. Lui seul saura exactement ce qu’il faut faire pour maintenir votre ouvrage dans les meilleures conditions. Peut-être utilisera-t-il du Filmoplast P, peut-être utilisera-t- il un autre produit ? Dans tous les cas vous aurez l’assurance d’un travail durable et réversible.

C’est Bruno J., qui m’a écrit et qui a lancé ce sujet. Je l’en remercie beaucoup, car il m’a permis de faire le point sur les adhésifs. Bruno utilise le Filmoplast P pour réparer d’anciennes Bandes Dessinées « Buster Brown » qu’il affectionne et qu’il souhaite consulter sans affaiblir leur état, et a eu le mérite de se renseigner sur la composition de ce ruban avant de l’utiliser. Bruno est donc sensible aux problématiques de conservation, qu’il soit rassuré, cet adhésif est un bon produit. J’ajoute les photographies fournies par Bruno pour illustrer cet article.

buster0
buster1

J’ai bien du Filmoplast P dans ma trousse de secours, mais aujourd’hui je suis plus amenée à soigner des papiers plus anciens, de type papier chiffon et dans ce cas je préfère nettement l’autre moyen de réparation : le papier japonais. Cela fera l’objet d’un prochain article !


Partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Commentaires

  • Daniel Focsa
    Répondre

    Je l’utilise, avec de tres bons resultats, ce ruban Filmoplast P.

  • Léo Mabmacien
    Répondre

    attention : à n’utiliser que pour des ouvrages sans valeur et surtout pas anciens. Tout les rubans adhésifs sont à proscrire en général.

Un renseignement ?

Je ne suis pas en ligne, laissez-moi votre message, je vous réponds dès mon retour. Céline Essentiam.

Je peux vous renseigner ?

Tapez ici